“Ce que nous nous devons” : c’est le titre de la conférence que nous vous proposons le 22 janvier 2019. En effet, loin des théories fumeuses et funestes du type choc des civilisations ou concevant l’Europe comme une citatelle assiégée,  la Méditerrannée n’est pas cette frontière hermétique que certains voudraient qu’elle soit à tout prix (y compris à celui du sacrifice des valeurs d’humanisme et de solidarité humaine les plus élémentaires).

La méditerrannée a depuis toujours été un vecteur d’échange entre les Hommes, les biens, les techniques, les idées. Ses deux rives se parlent, se frottent, s’égratignent parfois, comme toute communauté humaine.

C’est à l’exploration de la richesse de ce dialoque que Yahia Belaskri nous convie chaleureusement.

Yahia Belaskri est né à Oran (Algérie) en 1952, romancier, nouvelliste et essayiste, il a aussi été journaliste.
Après des études de sociologie, il travaille dans les ressources humaines dans plusieurs entreprises algériennes puis se tourne vers le journalisme. Un an après les événements du 5 octobre 1988 en Algérie, il vient s’installer en France. Il y devient journaliste à Radio France internationale (RFI) et écrit de nombreux articles et contributions diverses sur les relations entre la France et l’Algérie, l’immigration, le dialogue des cultures dans le bassin méditerranéen. Il participe ainsi à de nombreux ouvrages collectifs. Il a écrit des romans, nouvelles et essais. Il est membre du comité de rédaction de la revue Apulée (éditions Zulma).

(image: astrolabe arabe du 9è siecle. Bibliothèque Nationale de France)